Sports d’hiver : les meilleures techniques pour s’échauffer

Aux sports d’hiver, les risques de chute sont le quotidien. Une désagréable particularité que l’on doit bien sûr à la nature glissante de la neige (et de la glace), mais aussi à la pratique d’activités qui font bien souvent appel à la vitesse et aux acrobaties. Ce sont ainsi chaque année des dizaines de milliers d’accidents qui ont lieu sur les pistes, avec leur lot de luxures et de fractures. Afin de minimiser les risques de blessure suite aux inévitables chutes qui jalonneront vos vacances, il est conseillé de se préparer physiquement avant tout séjour au ski. Mais être bien préparé ne suffit pas toujours, et ne dispense surtout pas de s’échauffer avant toute entrée sur les pistes. Quiconque souhaite mettre toutes les chances de son côté et prévenir au maximum la casse ferait bien de suivre ces quelques conseils :

4 minutes suffisent

Quelques mouvements simples suffisent à assurer le réveil musculaire et à prévenir les claquages. Pour un échauffement optimisé pour les sports de glisse, mettez l’accent sur la stimulation articulaire en privilégiant les mouvements rotatoires : rotations des épaules, des hanches, des poignets, des genoux et des chevilles. En complément, procédez à quelques séries de talons-fesses et de montées de genoux. Vous pouvez aussi répartir alternativement le poids de votre corps sur l’avant puis l’arrière afin de travailler votre équilibre et préparer votre posture à skis. Des exercices de flexion-extension ciblant le couple fessiers-jambes et venant solliciter la colonne vertébrale (comme les squats) viendront parachever l’échauffement.

Mettre à profit le temps passé sur le tire-fesses

Bien qu’il soit plus facile de s’échauffer efficacement avant d’être équipé de pied en cape (cela permet de solliciter les muscles avec plus de précision), il est toujours possible de procéder à une petite séance de dernière minute pendant que le téléski vous emmène en haut des pistes. L’exercice ne sera pas complet mais le tire-fesses laisse suffisamment de latitude pour travailler certaines parties du corps, comme la nuque, les cuisses, les mollets ou les poignets. Sans compter que la prise sur la perche se prête merveilleusement bien à la réalisation de squats et de squats jump, sur un ou deux appui(s).

En complément de ces échauffements qui aideront votre corps à encaisser les chocs et les mouvements les plus brusques, il est recommandé de porter certains équipements de protection lorsque vous vous élancez sur les pistes. Pour le snowboard et le ski alpin, un casque et une protection dorsale sont un minimum, en particulier pour les enfants.

Échauffement et protections ne sont pas non plus l’alpha et l’oméga de la préparation. De l’autre côté du spectre de la mise en condition, on retrouve l’aspect diététique, qui n’est pas à négliger non plus. Une alimentation riche en protéines, accompagnée d’une hydratation régulière et par la prise de barres énergétiques, contribuera à maintenir votre bonne capacité physique.

Mais si par malchance tous ces efforts n’ont pas réussi à vous prémunir de blessures, il n’y a plus qu’à espérer que les premiers témoins sauront maîtriser les gestes de premiers secours, en attendant l’arrivée de la barquette de sauvetage ou de l’hélico !

Et pour tous ceux qui sortiraient indemnes des pistes, nous ne pouvons que leur recommander de pratiquer quelques étirements en fin de séance (les plus chanceux pourront quant à eux aller se faire masser au spa) afin de limiter les courbatures du lendemain !

Partager >>