Les cols et montées mythiques du Tour de France

Chaque année, cette impressionnante compétition cycliste qu’est le Tour de France réunit tous les professionnels du vélo provenant des quatre coins du monde. Les étapes à suivre sont nombreuses,allant des montées moyennes aux cols les plus spectaculaires de France. Les Alpes et Les Pyrénées sont les deux zones montagneuses majeures que traversent les cyclistes durant cet événement tant attendu.

Le col de la Croix de Fer

Situé sur la commune de Saint-Sorlin-d’Arves, en Savoie, le col de la Croix de Fer culmine à 2068 m d’altitude entre les massifs alpins des Grandes Rousses et des Arves. Depuis 1947, ce col a été emprunté 18 fois par Le Tour de France. Ce passage était classé 1ère catégorie jusqu’en 1986 avant d’être reclassé en hors catégorie en 1989 en raison de la difficulté des ascensions. Les coureurs professionnels mettent jusqu’à 1 heure 30 minutes pour le parcourir. Avis aux amateurs !

Col de la Croix de Fer

Le col de la Croix de Fer

Le Mont Ventoux

Plus haut sommet des environs, point culminant des monts du département du Vaucluse, le Mont Ventoux et ses 1912m reviennent souvent dans l’itinéraire du Tour de France. La montée y est abrupte et le climat y est rude pendant l’été. Le Mont Ventoux dispose de trois ascensions possibles, à savoir : Bedoin (régulièrement empruntée par Le Tour de France), Malaucène et Sault. Cette dernière est certes la plus longue pour ses 26 km d’ascension, mais elle demeure la plus facile à arpenter avec ses pentes à 5 %.

L’Alpes d’Huez

Se trouvant dans les Alpes Françaises, l’Alpes d’Huez est une ascension internationalement réputée mais également un haut lieu de la plus grande course cycliste du monde. Située à 1803 m d’altitude, l’ascension s’étend sur 13,8 km avec une pente moyenne de 7,9 %. La montée comprend 21 virages, tous numérotés sur des panneaux. Les noms des vainqueurs de l’Alpes Huez sont inscrits sur chacun de ces panneaux à côté de l’année de leur victoire. Marco Pantani a fait l’ascension de ce col en 37 minutes 35 secondes en 1997, un record qui n’a toujours pas été battu aujourd’hui.

Marco Pantani Alpes d'Huez

Marco Pantani montant l’Alpes d’Huez

Le Col du Grand Colombier

Culminant à 1498 m d’altitude, le Grand Colombier est un col que le Tour de France a emprunté en 2012. Situé sur le massif du Jura, ce col dispose de quatre routes d’accès autorisant chacune de remarquables ascensions : 15,9 km à 7,87 % depuis Artemare, 18,3 km à 6,89 % depuis Culoz, 15,7 km à 7,97 % depuis Anglefort et 19,2 km à 6,75 % depuis Campagne-en-Valromey. Le col offre un point de vue donnant en contrebas de la vallée du Rhône. Il offre également une vue époustouflante sur le lac du Bourget.

Le col du Tourmalet

Plus haut col des Pyrénées français, le Tourmalet se distingue avec ses 2 115 m d’altitude, si bien qu’il fait partie intégrante de la légende du Tour. Le tour de France s’y est invité pour la première fois en 1910 avant qu’il ne devienne quelques années plus tard le col le plus fréquenté par les cyclistes de renom. Côté ouest, l’ascension commence à Luz-Saint-Sauveur avec une montée de 18,3 km à 7,7 %. Du côté du versant est, les 17,2 km de montée à 7,3% débutent à Sainte-Marie-de-Campan. On trouve au sommet du col la stèle commémorative dédiée à Jacques Goddet, un ancien directeur du Tour de France

Partager >>