Le Parc national du Mercantour 

Situé en plein cœur des Alpes, à cheval sur les départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes, le Parc national du Mercantour est l’un des dix parcs nationaux de France. Parmi ces derniers, il n’est ni le plus grand ni le plus ancien, mais il jouit depuis sa création d’une aura singulière, tant pour son relief contrasté que pour sa biodiversité, d’une extrême richesse. Paradis sauvage pour la randonnée, l’alpinisme et le ski de randonnée, le site attire chaque année des centaines de milliers de touristes et de sportifs.

Le parc du Mercantour en quelques chiffres

Le Parc national du Mercantour est officiellement créé en 1979, après avoir été pendant longtemps une réserve de chasse. Dès lors, il acquiert ses dimensions qu’il connait encore aujourd’hui, celles d’un vaste espace naturel s’étendant sur 150 km de long pour une superficie de 685 km2 (68 500 hectares). Le parc comporte 6 vallées et plusieurs lacs glaciaires, dont le lac d’Allos, plus grand lac naturel d’altitude d’Europe. Son aire d’adhésion, c’est-à-dire la zone habitée ceinturant le cœur du parc, englobe 28 communes et compte environ 20 000 résidents permanents. Cette aire possède une superficie deux fois plus grande que le domaine sauvage à proprement parlé.

Le parc est situé en bout de chaîne des Alpes, côté sud, là où la montagne commence à se jeter dans la mer Méditerranée. Pour illustrer cela, il faut se rendre compte que la cime du Gélas, le point culminant du massif du Mercantour qui culmine à 3 143 m d’altitude, n’est situé qu’à une cinquantaine de kilomètres de la mer! Cette réunion entre la haute montagne et la Côte d’Azur se traduit par un climat unique en son genre et un environnement atypique, propice au développement d’une faune et d’une flore variées.

Côté météo, il faut s’attendre sur place à un fort ensoleillement et à des températures supérieures à la normale : +5°C par rapport aux Alpes du nord, pour une altitude identique. L’endroit est une zone de confluence de plusieurs climats (méditerranéen, alpin, continental), la météo y est donc incertaine.

Le Mercantour est également une zone refuge pour la biodiversité. On y dénombre plus de 2 000 espèces végétales, dont une quarantaine ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Plusieurs centaines d’espèces animales cohabitent également dans le parc : insectes, amphibiens, reptiles, poissons, oiseaux et mammifères. Le bouquetin, l’aigle royal et le loup – qui a fait son grand retour dans la région au début des années 90 – figurent parmi les espèces les plus emblématiques du Mercantour.

Un haut lieu pour les activités de montagne

Randonnée à skis dans le parc du Mercantour. Source image : www.mercantour-roya.com

Un relief aussi impressionnant que diversifié, conjugué à de larges étendues de territoires sauvages et de parcours balisés, voilà ce qui fait du Parc national du Mercantour une zone d’exception pour la pratique des sports de montagne.

Première entre toute, celle qui vient en premier lieu à l’esprit lorsque l’on songe à ce vaste espace naturel, la randonnée est l’activité la plus plébiscitée par les touristes. Les 1 700 km de sentiers balisés du Parc ne donnent que l’embarras du choix aux randonneurs, dont les plus courageux pourront même s’essayer aux parcours de grande randonnée qui traversent le site, comme le GR5 ou le GR52A. Le soir venu, les voyageurs pourront faire étape dans l’un des quinze refuges d’altitude qui couvrent le parc, avant de reprendre leur périple après une bonne nuit de repos. Les promenades dans le Mercantour sont également l’occasion d’aller à la rencontre de la la faune sauvage et d’observer marmottes et bouquetins dans leur environnement naturel.

Lorsque la neige se met à tomber, la randonnée évolue et se pratique alors à skis ou en raquettes. L’occasion de découvrir le Parc du Mercantour sous un autre jour. Les sommets du Mercantour constituent également un terrain de jeu formidable pour les pratiquants de l’escalade et de l’alpinisme, qui trouveront dans le parc plusieurs voies aménagées et de nombreux parcours d’une rare difficulté (pour les plus avertis seulement).

Les amateurs de vélo devront quant à eux faire preuve de circonspection à l’intérieur du parc, afin de ne pas dégrader la flore sauvage. Seules quelques pistes dûment balisées peuvent être empruntées par les cyclistes. Le règlement est toutefois plus souple en périphérie du parc, où il existe de nombreux circuits VTT qui permettent de relier les villages des environs. Enfin, les lacs et les rivières qui traversent le Mercantour autorisent la pratique de nombreux sports d’eau vive, comme le rafting ou le canyoning.

+ Plus d’informations sur le site officiel du Parc du Mercantour

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partager >>